L’Eglise Une : redécouvrir les racines…

Clément Diedrichs, Directeur Général du Cnef a été sollicité pour conclure le Congrès 2024 de notre union. Il a souhaité formuler un encouragement fort à persévérer dans la voie de l’Eglise Une, selon ces termes : 

« Avec mon vécu professionnel passé comme conseiller en agriculture, en écoutant Jacques Nussbaumer1 parler, je me suis souvenu du temps où, pour des formations de céréaliers, après avoir creusé des trous de deux mètres au moins de profondeur dans des champs de maïs, nous examinions les racines des plantes. Parce que ce qui est important pour une plante, ce n’est pas que ce que l’on voit.  De même, Jacques nous as fait redécouvrir que l’Église est enracinée dans l’Évangile, dans le projet de Dieu, dans notre relation chacune et chacun avec le Christ, et donc tous ensemble.

Or souvent, pour l’Église, on n’est attentionné que par ce que l’on voit. Redécouvrir ses racines redonne toute sa « noblesse » à l’Église. Alors, on lui donne toute sa valeur et donc on en prend soin, on est précautionneux avec elle.

Il nous a amenés aussi, en nous rappelant nos frères et sœurs des premiers siècles, à croire à « l’Église une », à recevoir par la foi ce projet unique comme fruit de l’Évangile, de la Bonne nouvelle, du beau message du projet grandiose de Dieu pour l’homme et pour lui.

Enfin, il nous a rappelé que le patron de l’Église c’est le Christ. Que l’Église a trop de valeur pour la laisser uniquement au pouvoir des hommes : elle n’est pas une démo-cratie mais une christo-cratie… laquelle (je le dis pour les CAEF !), n’exclut pas la collégialité.

Alors Jacques nous a mis pour ainsi dire « le dos au mur » ! Nous ne pouvons contester ce qui est enraciné dans l’Évangile… dans lequel nous disons tous croire. Nous avons compris que « l’Église une » est manifestement le projet du Dieu… que nous disons vouloir servir. Nous avons accepté que l’Église soit dirigée par le Christ… à qui nous disons souvent, par nos chants notamment, qu’il est tout pour nous et que nous lui donnons tout.

Alors, effectivement, nous sommes « obligés » de changer de regard vis à vis de tous nos frères et sœurs dans le Christ, au minimum.

Soyons intentionnels en Église locale pour créer du lien avec nos frères et sœurs d’autres Églises, pour oser nous frotter à eux comme un exercice éminemment spirituel.

C’est un domaine important dans lequel le Cnef souhaite aussi être inspirant. Parallèlement et de surcroit, les frères de la CSR* ont proposé au vote, la Déclaration Commune, ce beau texte du Réseau FEF, fondé théologiquement et formulé clairement et sincèrement. Et à l’évidence engageant. Il est vrai, qu’il est complètement dans le sujet.

( …)

Je vous encourage vraiment, tous, mes frères et sœurs, responsables d’Églises dans cette union d’Églises, à faire ce « premier pas » dans ce que Jacques Nussbaumer a appelé « un boulevard au sein du monde évangélique » !

Rappelez-vous ce que Dieu a dit à Josué : « Ne t’ai-je pas ordonné: ‘Fortifie-toi et prends courage’? Ne sois pas effrayé ni épouvanté, car l’Eternel, ton Dieu, est avec toi où que tu ailles. » (Josué 1.9)

Vous êtes là, quant à votre union, dans une démarche de foi. Vous êtes précurseurs comme union, mais vous allez récolter les fruits de l’obéissance ! Comptez sur le Chef de l’Église. Comptez sur lui notamment pour discerner le tempo de mise en œuvre, déterminé et ajusté.
Comptez sur le Dieu qui donne ce qu’il ordonne.

Clément Diedrichs,
Directeur général du Cnef

J. Nussbaumer, orateur du Congrès 2024 sur le thème de l’Eglise Une – Ecouter l’une des 3 conférences  :
https://www.youtube.com/watch?v=9XKMKsjam3o&t=926s

*Commission de Service et de Référence – CA de l’Union des CAEF

 

 

 

Partager